Quel monde merveilleux

Il y a quelque temps, j’étais l’invité spécial de l’hôtel des impôts de Tours. Mon… tour était venu de me faire contrôler. Je devais venir avec mes relevés de compte pour 2006 et 2007. Ce que j’ai donc fait.

à€ la révision de mes comptes, le contrôleur me demande : et votre Livret A à la Caisse d’Épargne ? Vous n’avez pas de relevé ?

Livret A ? Caisse d’Épargne ? Mais de quoi parlait-il ?

Je lui ai demandé des précisions et il m’a annoncé que j’avais ouvert ce livret en 1982…

Exact !

J’étais apprenti à l’époque et j’avais un petit appartement à Dinan. Comme j’avais moins de 18 ans, je ne pouvais pas avoir de compte chèque et j’avais ouvert ce Livret (qui à l’époque s’appelait tout simplement ” un livret de caisse d’épargne “) afin de pouvoir y mettre ma maigre paye (environ 600 francs par mois, et j’avais 550 francs de loyer !).

Depuis, l’eau avait coulé sous les ponts, je suis parti de France et j’ai passé presque 20 ans au Danemark avant de revenir, et là , au détour d’un contrôle, on m’annonce que j’avais donc un Livret caché…

Je n’avais pas beaucoup d’espoir en téléphonant à la Caisse d’Épargne de Bretagne, car je sais qu’à l’époque, mon compte était vide la plupart du temps. Donc il restait peut-être un Franc ou deux ou quelques centimes qui avaient fait des petits, bien sûr, mais pas de quoi faire la nouba.

La dame à l’autre bout du fil m’a annoncé qu’elle ne pouvait pas me dire le montant exact, car nous étions sur une ligne non sécurisée, mais que le montant en question était de moins de 10 euros. Elle était désolée de ne pas pouvoir me dire que j’étais millionnaire.

Alors qu’en fin de compte c’était une bonne nouvelle. Ces quelques centimes ou quelques francs se sont quand même bien reproduits.

Un petit plaisir parmi tant d’autres. Plutôt que d’être désolé de ne pas être devenu millionnaire (ce que je ne m’imaginais pas le moins du monde, je croyais ce compte vidé depuis bien longtemps) autant être heureux d’avoir gagné une dizaine d’euros sans rien faire.

Un des petits plaisirs de la vie.

Comme il y en a beaucoup si on regarde un peu plus autour de nous.

Bien sûr, il y a des choses négatives, mais tant de belles choses si on se donne le temps de regarder et si on reste rationnel tout en jouissant de chaque seconde.

C’est parfaitement possible.

Tenez, voici une petite vidéo sur la chanson d’Armstrong : What a Wonderfull World (Quel monde merveilleux) qui en dit long sur la question.

Nouvelle machine

imackeyboard_2_200710261

Comme je travaille pas mal avec les multimédias, je suis un peu dur envers ma machine et mon iMac d’il y a trois ans (toujours sur PPC et pas encore sur Intel) donnait sérieusement de la bande.

Alors je devais acheter une nouvelle machine.

Ne croyez-vous pas que 15 jours avant le changement, mon bon vieux Mac m’a claqué entre les doigts ? Ma femme l’allume un matin, comme d’habitude… La machine commence à s’allumer et clic… S’éteind.

De déduction en déduction en suivant les indications d’Apple, il s’est avéré que c’est la carte mère qui m’a lché.

Donc voilà … Une nouvelle machine s’imposait alors et j’ai re-choisi un iMac. Le 24 pouces avec une vitesse de processeur de 3,06 GHz. Celui-ci, en fait.

Le monstre est arrivé hier en fin d’après-midi et j’ai presque fini toute la réinstallation de mes logiciels. Je vais pouvoir me remettre au boulot d’ici peu. Me voici heureux.

Si vous avez plus de 25 ans…

Slide - Low Res.jpgSi vous avez plus de 25 ans, vous devriez être mort(e).

D’après les législateurs et les bureaucrates, aucun d’entre nous, qui étions enfants lors des années 40, 50, 60, et 70, oui, jusqu’au début des années 80 ne devrait avoir survécu.

Nos lits étaient peints avec de la peinture qui contenait du plomb. Il n’y avait aucune sécurité sur les bouchons de boîtes de médicaments et de nettoyants. Aucune sécurité sur les portes et les armoires et lorsque nous faisions de la bicyclette, c’était sans casque.

Dans les voitures, nous étions à  l’arrière sans ceinture de sécurité et sans airbag.

Nous buvions l’eau directement du robinet et non d’une bouteille. Ô horreur !

Nous mangions du pain et du beurre, nous buvions des boissons qui contenaient du sucre, mais nous n’étions pas obèses, car nous jouions beaucoup dehors.

Nous partagions une bouteille de boisson gazeuse et nous buvions tous de la même bouteille, après avoir essuyé le goulot d’une main à  l’hygiène parfois douteuse, et aucun d’entre nous n’en est mort.

Nous passions des heures à  construire des bolides de mort, des voitures faites de choses trouvées à  la décharge ou dans les poubelles et nous filions dans les rues à  une vitesse folle avant de nous rendre compte que nous n’avions pas mis de freins.

Après quelques chutes, nous avons appris à  régler le problème.

Nous partions tôt le matin et nous jouions toute la journée. Nous rentrions lorsque les lampadaires s’allumaient. Nous n’étions pas joignables de toute la journée. Aucun d’entre nous n’avait de téléphone mobile. Impensable !

Nous n’avions aucune Playstation, Nintendo 64 ou X-box. En règle générale, il n’y avait aucun jeu vidéo, pas 99 chaînes de télévision, son surround, téléphones mobiles, ordinateurs, chat sur internet. Nous avions des amis. Nous sortions pour les trouver.

Nous tombions des arbres, allions piquer des pommes chez le voisin d’à  côté qui tirait au gros sel, nous nous coupions, nous nous cassions des jambes, des bras, des dents, mais personne n’était traîné au tribunal pour ça. C’était des accidents et seuls nous-mêmes étions responsables.

Vous ne vous souvenez pas de ces accidents ? Nous nous battions, devenions jaunes, bleus, rouges et nous apprenions à  le surmonter.

Nous jouions avec des bâtons, des balles de tennis, nous mangions de l’herbe et de la terre.

Et malgré les avertissements, il n’y a eu que peu d’yeux crevés et l’herbe ne nous a pas rendus malades le reste de notre vie.

Nous faisions de la bicyclette, allions les uns chez les autres, on frappait, on entrait et on se mêlait dans la conversation.

Certains élèves étaient moins rapides que d’autres et redoublaient. Les parents n’en faisaient pas toute une histoire et ne se plaignaient pas à  l’académie.

Ces générations ont donné naissance à  certaines des personnes qui osent prendre le plus de risques. Ces générations ont créé certains des plus grands penseurs et des plus grands inventeurs jamais connus.

Ces dernières 50 années ont été une explosion de nouveautés, de nouvelles idées.

Nous avions la liberté, des échecs, des succès et la responsabilité de ceux-ci. Nous avons appris à  gérer ce genre de chose.

Si vous avez plus de 25 ans (en 2008) vous êtes une de ces personnes et vous savez parfaitement de quoi je parle.

Vous pouvez envoyer ce message à  d’autres qui ont connu ce grand bonheur d’être enfants avant que la législation et autres autorités contrôlent notre vie “pour notre bien”…

Apple perd un procès contre podhead.dk

podheadvsapple.pngAprès une procédure longue et fatigante, le portail danois podhead.dk a obtenu gain de cause.

De quoi je parle, là ?

En fin de compte, je parle du portail danois podhead.dk qui réunit des podcasts danois et étrangers, dont mon podcast, “psykosnak“, qui est le pendant danois de mon podcast français “Sans Divan“.

Apple, qui a enregistré les marques “Pod” et “iPod” voulait faire fermer le portail danois, car celui-ci s’appelle “PODhead” (en gros: “fana de pod”).

Après plusieurs mois de batailles juridiques pendant laquelle le responsable du site danois, Marc de Olivera, s’est battu comme un lion, Apple a perdu.

“- C’était vraiment un combat de David contre Goliath, a dit Marc de Olivera, nous nous sommes battus contre une armée d’avocats d’Apple et contre la direction danoise des patentes. Nous avons fini par obtenir gain de cause, mais il va sans dire que nous pensons que cette façon d’agir d’Apple risque de tuer le développement de cette forme de média sur le net. Nous ne faisons aucune concurrence à Apple, bien au contraire !”.

Apple a deux mois pour faire appel.

Ici, à Tours, nous sommes assez touchés par ça, car le site podhead.dk a un pendant français: www.podhead.fr… Et c’est nous qui en sommes responsables… Voui voui !

Le site n’est pas encore en fonction, c’est donc pour ça que nous n’en avons pas encore parlé, nous n’en sommes qu’à la phase de traduction du site (anglais-français). Espérons qu’Apple se calme un peu.