Pour sauver la planète, le Danemark passe à l’attaque des pets

Pour sauver la planète, le Danemark passe à l'attaque des pets (11/07-2024) – Dans un geste audacieux et hilarant, le Danemark a récemment introduit une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre produites par les vaches et les porcs… C’est-à-dire: Sur les pets de vaches et de porcs.

Cette nouvelle taxe prétend réduire les émissions de méthane. J’aimerais bien voir ça.

Une taxe inédite et ses implications

La loi prévoit que les agriculteurs danois, déjà accablés par les multiples défis de l’industrie agricole, seront désormais imposés sur les pets de leur bétail. Car tout le monde sait que les agriculteurs ont plein d’argent, ne travaillent pas beaucoup et ont beaucoup de temps pour toute cette paperasse administrative.

C’est d’ailleurs pour ces raisons que les agriculteurs Français ont manifesté début 2024: Ils avaient trop d’argent, pas assez de paperasse.

Une estimation des émissions

Chaque vache produit environ 6 tonnes métriques de CO2 équivalent par an. Je sais, ça paraît beaucoup, mais franchement, on s’en fout!

Dès 2030, les agriculteurs danois devront payer 300 couronnes danoises (environ 40 €) par tonne d’équivalent CO2 émis par leurs animaux, montant qui augmentera à 750 couronnes (environ 100 €) d’ici 2035.

Je vous laisse faire le calcul de combien cela va coûter à chaque agriculteur. Cette taxe va bien entendu se reporter sur les consommateurs, augmenter le prix de la viande danoise et totalement plomber l’économie danoise.

Car bien entendu, si le consommateur a le choix entre un steak danois à 15 € le kilo et un steak allemand ou français à 12 € le kilo, le choix est vite fait.

Une inspiration pour la France, championne de l’impôt

« Mais qu’est-ce qu’on en a à faire? » vous demandez-vous peut-être.

La France, connue pour son amour inégalé des taxes et des impôts sous toutes leurs formes, pourrait bien trouver ici une nouvelle source d’inspiration.

Avec le Danemark, la France est un champion incontesté en matière de créativité fiscale. En 2018, la France ne comptait pas moins de 486 taxes différentes, allant des taxes sur les sodas aux taxes sur les disques durs.

L’idée d’une taxe sur les pets de vaches pourrait donc aisément trouver sa place dans ce paysage fiscal déjà bien rempli.

Après tout, qui ne voudrait pas ajouter une ligne supplémentaire à sa feuille d’impôts : « Taxe sur les émissions bovines ».

La réalité des émissions de CO2

Pour remettre les choses en perspective, rappelons que le CO2 représente environ 0,041 % de l’atmosphère terrestre.

Oui, vous lisez bien: 0,041 %. Moins de 0,05% ! (source)

Savez-vous quel est le pourcentage des activités humaines dans ces 0,041% ?

4%.

4% des activités humaines contribuent à ces 0,041%.

Le reste, soit 96% de ces 0,041% est généré par des sources naturelles telles que les océans, les sols et la respiration des êtres vivants (hors activité humaine).

Oui, les humains ne contribuent qu’à 4 % de ces 0,041 %, mais ne laissons pas les chiffres nous empêcher de sauver la planète une vache à la fois.

Pour sauver la planète, le Danemark passe à l’attaque des pets
Ma discussion avec ChatGPT.

Le Danemark, un petit pays aux grandes ambitions

Je vous mets au défi de voir le Danemark sur un globe sans utiliser une loupe!

Comparez le Danemark et sa taille avec d’autres pays.

Je vais vous faciliter la tâche: Le Danemark fait environ 42 933 km², en excluant le Groenland et les îles Féroé.

Pour visualiser ça, imaginez que le Danemark est à peu près de la taille de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur en France, qui fait environ 31 400 km². Le Danemark est légèrement plus grand que cette région.

Il y a environ 5,8 millions d’habitants au Danemark, ce qui fait que la population du Danemark est comparable à celle de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui compte environ 8 millions d’habitants, un peu plus que la population danoise.

Est-ce que les quelques habitants de ce pays minuscule s’imaginent vraiment sauver la planète en mettant une taxe sur les pets bovins et porcins? Le Danemark représente environ 0,1 % des émissions mondiales de CO₂ d’après les chiffres. Je vous laisse faire le calcul en prenant en compte ce que ça va changer pour la planète.

À part donner de bonnes idées de nouvelles taxes « escrologiques » aux autres pays, je ne vois pas trop l’utilité de ça.

L’ironie d’une telle mesure

La mise en place de cette taxe pose une question fondamentale : comment une taxe peut-elle effectivement réduire ces émissions ? Les vaches vont-elles soudainement cesser de péter parce qu’elles coûtent trop cher ?

On imagine déjà les vaches danoises faisant la grève des flatulences, brandissant des pancartes en pâturage. L’idée est certes louable, mais semble-t-il, légèrement décalée par rapport à la réalité biologique de ces animaux.

Peut-être que la prochaine étape sera de s’attaquer aux pets des habitants en mettant des taxes sur certains aliments: Les haricots blancs, les lentilles et autres peut-être?

En conclusion, la nouvelle taxe danoise sur les pets des vaches et des porcs porte à s’interroger sur l’efficacité réelle de cette mesure.

La France, avec son appétit insatiable pour les taxes, pourrait bien emboîter le pas, ajoutant une ligne supplémentaire à son impressionnant arsenal fiscal.

Ah, le monde merveilleux de la taxation verte où chaque pet compte! (Cyril Malka)

2 réflexions sur “Pour sauver la planète, le Danemark passe à l’attaque des pets”

  1. Ce monde est fou. Encore une preuve si tant est qu’on avait encore des doutes. Taxer des phénomènes biologiques naturels pour sauver le vivant !! Il fallait oser. Cyril, merci d’avoir, comme d’hab, mis en évidence une nouvelle absurdité, grave car ça montre l’état catastrophique de nos sociétés, avec des arguments bien affûtés et toujours cette touche d’humour quoiqu’il arrive.

    1. Cyril Malka

      Merci beaucoup, Cécile.

      Et encore, vous ne savez pas les difficultés que j’ai eues à faire parler ChatGPT: Au départ, les chiffres que j’avais disaient que l’activité humaine représentait 7% de ces émissions. J’ai demandé à ChatGPT s’il avait des études qui me permettaient de vérifier ça, et il m’a répondu que ce chiffre était erroné, mais sans me donner le bon chiffre.

      Je lui ai donc demandé de me donner le bon chiffre et au lieu de me dire « 4% », il m’a balancé une grande quantité de nombres avec les émission de charbon, de pétrole, etc. chiffrés en tonnes, ce qui donnait des chiffres impressionants.

      S’en est suivi ce dialogue:

      Cyril: Quel est le pourcentage des activités humaines dans la production de co2.

      ChatGPT: Les activités humaines sont responsables d’une part significative des émissions de CO₂ dans l’atmosphère. Voici quelques chiffres clés :

      Combustion de combustibles fossiles : Environ 90 % des émissions mondiales de CO₂ proviennent de la combustion de combustibles fossiles pour la production d’électricité, de chaleur et pour les transports. En 2022, les combustibles fossiles se décomposaient comme suit :
      Charbon : 40 %
      Pétrole : 32 %
      Gaz naturel : 21 %
      Ciment : 5 %
      Flaring et autres sources mineures : 2 %​ (CSIRO)​.

      Déforestation et changement d’utilisation des terres … blablabla.

      Ces données montrent clairement que les activités humaines jouent un rôle dominant dans les émissions de CO₂ actuelles, bien au-delà du chiffre de 7 %.

      Cyril: Je ne t’ai pas posé cette question. Ma question est plus simple: Quel est le pourcentage produit par les activités humaines.

      ChatGPT: Les activités humaines contribuent de manière significative aux émissions de CO₂ dans l’atmosphère. En moyenne, les émissions de CO₂ d’origine humaine représentent environ 4 % des flux naturels de CO₂ chaque année, mais ce chiffre perturbe fortement l’équilibre naturel du cycle du carbone. Les flux naturels de CO₂ incluent des processus tels que la respiration des plantes et des animaux, les volcans, et les océans qui absorbent et libèrent du CO₂.

      En termes simples, les activités humaines ajoutent une quantité nette de CO₂ à l’atmosphère, car les systèmes naturels ne peuvent pas absorber tout le CO₂ supplémentaire généré par la combustion de combustibles fossiles, la déforestation, et les processus industriels.

      Voici quelques détails spécifiques :

      Fossil fuels: Human activities such as burning fossil fuels for energy contribute significantly to CO₂ emissions. According to the Global Carbon Project, fossil fuel combustion alone accounted for about 36.44 gigatonnes of CO₂ emissions in 2019.
      Industrial processes: Activities like cement production also add substantial amounts of CO₂ to the atmosphere.
      Land use changes: Deforestation and other land use changes contribute to increased CO₂ levels because they reduce the number of trees and plants that can absorb CO₂.

      Les sources fiables incluent des organismes comme le [Global Carbon Project… (je l’interromps dans son blabla)

      Cyril: Donc ce n’est pas 7%, mais 4%?

      ChatGPT: Le pourcentage des émissions de CO₂ attribuables aux activités humaines est en réalité plus complexe à déterminer que simplement 4 % ou 7 %. Voici une explication détaillée :

      Flux naturels vs. émissions anthropiques :
      Les flux naturels de CO₂, qui incluent la respiration des plantes, les océans, et les volcans, représentent environ 750 gigatonnes de CO₂ échangées annuellement entre l’atmosphère, les océans et la biosphère terrestre.
      Les émissions anthropiques … (blabla que j’interromps).

      Cyril: Je me fous de ça, fait le calcul et donne moi un pourcentage. (Là, je commence à être sérieusement agacé).

      ChatGPT: Pour calculer le pourcentage des émissions de CO₂ attribuables aux activités humaines, nous pouvons utiliser les données disponibles. Voici comment procéder :

      Flux naturels de CO₂ : Environ 750 gigatonnes de CO₂ sont échangées annuellement entre l’atmosphère, les océans et la biosphère terrestre par des processus naturels.
      Émissions anthropiques de CO₂ : Environ 36 gigatonnes de CO₂ par an proviennent des activités humaines.

      Pour trouver le pourcentage des émissions anthropiques par rapport aux flux naturels :
      \text{Pourcentage des émissions anthropiques} = \left( \frac{\text{Émissions anthrop (Là, je l’ai interrompu et il bugge, j’ai sûrement tapé trop fort sur le clavier)

      Cyril: Je me fous de ça. Réponds cette simple question: Quel est le pourcentage des émissions humaines. Ne me donne ni le calcul ni le blabla. Donne moi un seul pourcentage: Le pourcentage des emissions humaines.

      ChatGPT (vexé, je suppose): Les activités humaines sont responsables d’environ 4 % des émissions totales de CO₂ annuelles dans l’atmosphère.

      Vous avez vu un peu ce que j’ai dû supporter pour pouvoir écrire cet article?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut